Xavier Emmanuelli – transmission

          0 votes

Transcription de la vidéo

Peut-on transmettre les valeurs éthiques ?

Je vous répondrais, alors là ce sont des trucs dont je suis sûr : il n’y a pas d’enseignement de masse. L’enseignement est socratique. C’est à partir de ce que vous êtes, de ce que vous faites, de ce que vous connaissez que vous pouvez faire développer. Vous savez, les maçons ou alors tous les philosophes de l’Antiquité, ils ont toujours vu trois grades. L’apprenti, auprès de son maître ; et l’apprenti fait des sales boulots, il balaye l’établi. Le compagnon, c’est-à-dire qu’ils grandissent et c’est les francs-maçons qui parlent comme ça, mais je suis d’accord, bien que je ne le sois pas. Et le maître. Le problème, c’est quand même le serpent qui se mord la queue. Les maîtres, comment on les reconnaît ? Les maîtres, ils ne se montrent pas. L’adage populaire dit : « Les maîtres arrivent quand les disciples sont prêts », et je le crois, ça. Alors bien sûr il y a des approches, les trucs qu’on apprend dans les livres. Bien sûr. Ce que j’ai su en médecine, je n’en ai pas eu trente-six mille, dans ma profession, pour les gestes et pas pour la philosophie, pour ce que je sais de ma profession d’urgentiste, j’ai eu un maître. Bien entendu comme il était odieux, caractériel, mais c’était un mec qui savait, on a tous voulu lui ressembler, par mimétisme et aussi parce qu’on voulait être aimé. Aimé, vous voyez ? C’est toujours la même chose : un maître, vous avez envie de lui faire plaisir et il vous fait grandir. Bien sûr qu’il y a des trucs, vous pouvez passer des concours, Polytechnique, les concours scientifiques, les examens, c’est vrai. Mais ce qui s’enseigne, c’est une personne qui vous l’enseigne. Les parents sont faits pour ça. Mais c’est très difficile, on est encore dans le no man’s land, parce qu’un maître, un disciple, ça peut devenir un concurrent, hein ? Et Freud l’a raconté, qu’il faut tuer le père, mais pas quand on a de l’amour. Donc ça ne s’enseigne pas, c’est par mimétisme et, paraît-il, on aurait des neurones mimétiques ; on serait des neurones égaux, c’est-à-dire de compagnonnage et c’est de là que viendrait l’affectif.

Donc voilà. Je ne sais pas si j’ai répondu à la question. Il n’y a pas d’enseignement de masse, il y a qu’un enseignement de maître à élève.  

Ce que je voulais vous dire, c’est que les valeurs ne se transmettent pas, comme ça.

Entretien réalisé le 17 février 2016

 

 

Les commentaires sont fermés.