Maxime Le Forestier – notoriété

          0 votes

Transcription de la vidéo

Comment avez-vous réagi à votre notoriété ?

L’inflation de l’égo, c’est une maladie professionnelle, c’est obligatoire. Je ne connais pas, je ne connais pas de collègue qui n’y soit pas passé un jour ou l’autre. Il y en a qui s’en sont sortis, il y en a qui n’en sont jamais sortis. Obligatoirement, vous sortez d’une période où vous ramez, où rien ne va, puis tout d’un coup vous n’avez plus jamais tort. Personne ne vous dit « non ! »  Alors moi je pensais que c’était à cause de la jeunesse, parce que ça m’est arrivé très jeune : j’avais vingt-trois ans. Et en fait j’ai rencontré des gens qui avaient cinquante balais quand ça leur est arrivé et qui ont eu le même inconvénient. Donc considérons ça comme une maladie professionnelle. Après…, comment on la soigne, comment on la guérit ? C’est un peu compliqué, parce que les gens qui vous connaissaient avant, qui essayent de vous prévenir, quand ils voient que vous ne les écoutez pas ils s’en vont ; ils sont discrets, ils ne vont pas s’imposer, donc vous êtes entouré de flatteurs. J’aurais tendance à dire, pour ce qui me concerne, c’est la vie qui m’a…  c’est un moment ça s’arrête, on voit qui reste, qui ne reste pas. Et puis aussi, peut-être, une analyse ça peut aider.  Oui, ça m’a évité de continuer dans la même voie.

Est-ce qu’on peut échapper à ce piège de la notoriété   ?

Moi je n’ai aucun avis là-dessus. Je m’occupe de ma vie et c’est déjà pas mal. Non, il n’y a pas de jugement à porter sur quoi que ce soit. Une femme peut vous aider. Oui, vous brancher avec le réel. Moi j’ai eu la chance de rencontrer ma femme quand j’étais au fond du seau, quand ça ne marchait plus du tout, quand je ne vendais plus de disques, rien. Elle m’a aidé à comprendre aussi tout ça.  Est-ce qu’on peut s’en sortir tout seul de ce genre de truc ? Ça je ne sais pas. Peut-être, oui, il y a des gens très forts, mais je n’aurais sans doute pas eu la force.

Avez-vous eu à subir la jalousie ?

Oh sûrement, oui, sûrement.  Ou alors je n’ai pas voulu le voir. J’ai une faculté d’aveuglement considérable.

C’est une façon de se préserver ?

Oui, oui, bien sûr. 

Entretien réalisé le 17 mars 2016

Les commentaires sont fermés.