René Frydman – caractères et vertus éthiques

          0 votes

Transcription de la vidéo

Dans votre vie d’homme et de médecin, quelles sont les valeurs éthiques que vous avez essayé de mettre en œuvre de manière dominante ?

Comment répondre à cette question ? J’ai envie de dire que c’est d’abord par rapport à des questionnements ou des conflits d’ordre éthique concernant la personne ou la société. Par exemple fallait-il que l’on aille vers le diagnostic préimplantatoire ? Comme vous le savez, c’est une façon de prélever une cellule sur l’embryon in vitro et de connaître les caractéristiques génétiques. La réflexion éthique était très forte. Donc ce n’est pas une réflexion sur une personne, c’est un débat de société. Je pense que souvent – c’est une notion qui m’habite – c’est la notion du moindre mal. On ne peut pas dire qu’on est totalement dans le bien, mais on a le sentiment qu’en tous les cas on évite un certain nombre de situations qu’on pense catastrophiques. Donc ce type de réflexion, c’est plutôt aller vers l’épanouissement et permettre une certaine sérénité de la personne qui est en conflit. Et parfois cette sérénité s’appuie sur un arrêt de la course-poursuite à la médecine ou à la technique.

Diriez-vous que le métier que vous faites favorise l’émergence de certaines valeurs éthiques ?

Oui, mais la difficulté du jeu – si l’on peut dire que c’est un jeu – c’est d’être à l’écoute et ne pas avoir d’a priori sur les questionnements des autres, et en même temps de prendre des décisions. Ce sont des décisions étayées, souvent en accord, mais parfois pas en accord non plus. Donc c’est une ouverture et en même temps elle ne peut pas être diluée ; on a besoin de se référer. Mais on va dire que tout ce qui peut favoriser la vie, c’est ça qui guide. C’est comme l’axe central, tout de même. Alors dans les exemples que j’ai pris, la vie est parfois conflictuelle : c’est une vie contre l’autre. Mais en tous les cas il y en a une qui est favorisée…, éviter de tout perdre. Ce sont des choix qui sont difficiles.

Entretien réalisé le 14 mai 2008

Les commentaires sont fermés.